Archives pour Actualité

Un nouveau livre sur les roses et les jardins d’aujourd’hui

English version below

Chers amis de la rose, nous vous invitons à découvrir un livre merveilleux et passionnant récemment édité aux éditions Schortgen et écrit par Heidi Howcroft : « Luxembourg pays de la Rose. Les roses d’hier inspirent les jardins d’aujourd’hui. »

Un ouvrage qui comblera les spécialistes de la rose, mais aussi, tous les amoureux des roses et des beaux jardins. 176 pages d’informations fouillées, précises et qui plus est, superbement illustrées de 200 illustrations de la photographe de renom international Marianne Majerus.

Découvrez ci-dessous l’analyse de ce livre réalisée par JJ Claustriaux, Président du Jury Permanent de notre concours

Analyse d’un livre

Référence

Howcroft H. et Majerus M. [2020]. Luxembourg pays de la Rose. Les roses d’hier inspirent les jardins d’aujourd’hui. Esch-sur-Alzette, Schortgen, 176 p.

Le livre est disponible en versions française (Luxembourg – Pays de la Rose : ISBN 978-99959-36-97-6), allemande (Luxemburg – Land der Rosen : ISBN 978-99959-36-96-9) et anglaise (Luxembourg – Land of Roses : ISBN 978-99959-36-95-2) ; il peut être commandé auprès des éditions Schortgen (https://editions-schortgen.lu).

Description et commentaires

Ce livre est l’aboutissement d’un projet de l’association « Patrimoine Roses pour le Luxembourg ». Celle-ci souhaite (cf p 42) préserver et promouvoir le patrimoine des roses de ce beau pays qui, il y a cent ans, était connu comme « le Pays de la Rose ».

L’ouvrage est magnifiquement écrit par le paysagiste Heidi Howcroft et il est illustré de façon splendide grâce aux photographies de Marianne Majerus. Au fil des pages, de nombreux cultivars créés par les obtenteurs luxembourgeois sont aussi mis en valeur.

Après une préface de l’auteur, les différents chapitres de cette publication peuvent être rassemblés en deux grandes parties.

La première partie comprend trois chapitres (74 pages). Le premier chapitre (« Le Luxembourg livre des rosiers dans le monde entier ») est particulièrement intéressant car, en présentant l’histoire de l’industrie rosière, il a une portée socio-économique qui dépasse largement les frontières luxembourgeoises. Le deuxième chapitre (« La renaissance des roses luxembourgeoises ») décrit les objectifs des associations qui contribuent essentiellement à la promotion de la reine des fleurs dans les espaces publics et privés, à savoir les « Lëtzebuerger Rousefrënn » (« Les Amis de la Rose Luxembourg ») et l’association déjà citée « Patrimoine Roses pour le Luxembourg ». Dans le troisième chapitre « Les roses d’aujourd’hui, le Luxembourg s’épanouit », on découvre des espaces publics ornés de roses dans plusieurs endroits : la ville de Luxembourg, la roseraie du parc thermal de Mondorf-les-Bains, la roseraie de Walferdange, la roseraie de Mamer et la roseraie de Munsbach. Ainsi, ces lieux merveilleux et riches dessinent un itinéraire particulier pour visiter le Grand-Duché, en choisissant la rose comme guide.

La seconde partie du livre (95 pages) se confond avec un seul chapitre intitulé « Nous adorons les roses, 12 jardins privés inspirants ». C’est une nouvelle invitation à la découverte fleurie de domaines privés, très différents les uns des autres, au sein desquels la rose domine ; elle est mise en valeur parmi des plantes vivaces, des arbustes, etc. Une lecture attentive de chaque description et les nombreuses illustrations colorées invitent au rêve et à la visite, sachant que certains jardins sont accessibles (voir annexes).

L’ouvrage se termine par des annexes dont la liste des anciennes variétés des obtenteurs  « Soupert et Notting » et de « Ketten Frères » ; certains de leurs cultivars étant toujours disponibles et ils sont identifiés.

En conclusion

Ce livre merveilleux et passionnant est à découvrir, non seulement, par les spécialistes de la rose, mais aussi, par tous les amoureux des roses et des beaux jardins, tenant compte de la richesse et de la précision des informations, agrémentées par plus de deux cent illustrations de la photographe M. Majerus, au renom international.

 

J.-J. Claustriaux


Book review

Reference

Howcroft H. et Majerus M. [2020]. Luxembourg – Land of Roses. Yesterday’s Roses Inspiring Today’s Gardens. Esch-sur-Alzette, Schortgen, 176 p.

The book is available in several versions: English (Luxembourg – Land of Roses : ISBN 978-99959-36-95-2), French (Luxembourg – Pays de la Rose : ISBN 978-99959-36-97-6) and German (Luxemburg – Land der Rosen : ISBN 978-99959-36-96-9); it can be ordered from Editions Schortgen (https://editions-schortgen.lu).

Description and comments

This book is the result of the “Patrimoine Roses pour le Luxembourg” association’s project. This one wishes (cf p 42) to preserve and promote the heritage of roses from this beautiful country which was known as “the Country of Roses”, a hundred years ago. It is beautifully written by landscape designer Heidi Howcroft and splendidly illustrated by Marianne Majerus, an international award-winning photographer. Many cultivars created by Luxembourg breeders are also highlighted.

After the author’s preface, the different chapters of this publication can be grouped into two main parts.

The first part includes three chapters (74 pages). The first chapter (“Luxembourg supplies roses to the world”) is particularly interesting with the history of the rose industry and its socio-economic impact. The second chapter (“The renaissance of Luxembourg roses”) describes the objectives of the associations which essentially contribute to promote the queen of flowers in public and private spaces, namely the “Lëtzebuerger Rousefrënn” and the already mentioned association “Patrimoine Roses pour le Luxembourg“. In the third chapter “Roses today in Luxembourg”, we discover public spaces decorated with roses: the city of Luxembourg, the rose garden of the thermal park of Mondorf-les-Bains, the rose garden of Walferdange, the rose garden of Mamer and the rose garden of Munsbach. Thus, these marvelous and rich places draw a specific journey to visit the Grand Duchy of Luxembourg by choosing the rose as a guide.

The second part of the book (95 pages) represents a single chapter entitled “We love roses, 12 inspiring gardens”. It is a new invitation to the flowery discovery of private gardens, each very different from each other, in which the rose dominates among perennials, shrubs, etc. An applied reading of each description and many colorful illustrations invite to dream and visit, knowing that some gardens are accessible to the public (see appendices).

The book ends with the appendices including the list of old varieties from breeders “Soupert and Notting” and from “Ketten Frères”; some of their cultivars are still available and they are identified.

In conclusion

This marvelous and fascinating book is to be discovered, not only by rose specialists, but also by all lovers of roses and of beautiful gardens, taking into account the richness and precision of information, embellished by more than two one hundred illustrations.

 

J.-J. Claustriaux

Une édition à huis clos du 57ème Royal Concours International de Roses Nouvelles

Un mot sur les jardins et les conditions de culture des roses jugées en 2020

La douceur hivernale et les conditions climatiques de ce début d’année ont eu un effet défavorable sur les variétés du concours 2020, avec notamment, une végétation très peu abondante. Heureusement, les parasites ne furent pas nombreux.

Finalement, ce concours rassemblait 112 nouvelles créations, dont 12 cultivars grimpants, provenant de 31 obtenteurs, issus de 9 pays. Pour rappel, au Roeulx, la plupart de ces variétés sont toutes non dénommées et non commercialisées. Elles sont toutes cultivées de manière semblable, sans aucune application de traitement phytosanitaire. D’ailleurs, il faut signaler que la législation ne permet même plus la simple détention de tels produits dans les installations communales et les contrôles par les autorités compétentes sont fréquents à ce sujet !

Hélas, comme ailleurs, le Covid-19 est arrivé

En conséquence de la crise sanitaire, la Ville du Roeulx a décidé d’organiser le jugement de ce concours 2020 à huis clos et d’annuler le traditionnel week-end d’animation qui le suit.

Ainsi, le jury permanent a été invité au mois de juin à poursuivre ses travaux pour le concours 2020 (troisième évaluation pour toutes les catégories, sauf pour les grimpants qui étaient en cinquième évaluation), en prenant les mesures indispensables de distanciation (port du masque, jugement par groupes de quatre juges placés aux quatre coins de chaque parcelle, dont un seul juge pour le parfum, etc.). La même procédure fut appliquée pour le jugement de septembre (quatrième et sixième évaluations).

Enfin, le 4 septembre, pour la dernière évaluation du concours 2020, un nombre très limité de membres de la WFRS (World Fereration of Rose Societies), dont la Présidente mondiale, Madame la Comtesse Henrianne de Briey, ont été invités à apporter aussi leurs expertises pour le jugement final.

Photo J. Leclercq

En conclusion et malheureusement, force est de constater que mêmes les roses du jardin concours du Roeulx ont subi les désordres de cette année morose et pour le moins atypique. Espérons que les roses qui se donneront à nous en 2021 sauront racheter cette triste édition et illumineront à nouveau nos cœurs.

Palmarès du Concours 2020

Pour découvrir les roses primées lors de cette édition 2020 du Royal Concours International de Roses Nouvelles du Roeulx, rendez-vous sur www.rosesleroeulx.be/roses-primees-et-palmares

Admirez la plus louangée de ce concours 2020 ! La variété KO 08/2842-11 créée par l’obtenteur Allemand Kordes et présentée par Kordes Rosen. Elle a obtenu 76 % dans la catégorie « Floraison en bouquets » et a été jugée en 2019 comme « La plus jolie » des roses de ce concours par la population.

 

57e édition du Royal Concours International de Roses Nouvelles à huis clos

C’est après réflexion et avec beaucoup de tristesse que la Ville du Roeulx a décidé  d’organiser cette année à huis clos la 57e édition du Royal Concours International de Roses Nouvelles, programmé  le 4 septembre prochain.

Le concours 2020 se fera UNIQUEMENT sur  base des 4 jugements du Jury Permanent opérés tout au long des 2 années de culture (3 années pour les grimpants). Ce palmarès sera diffusé, notamment, sur le site de la ville et par le biais du groupe Facebook du concours.

En effet, les mesures prises pour combattre le COVID-19 qui interdisent tout rassemblement de plus de 50 personnes s’étendent déjà, à l’heure actuelle, jusqu’au 31 août 2020. Ces mesures pourraient être prolongées si cela s’avérait nécessaire.

La préoccupation majeure de notre Bourgmestre, M. Benoît Friart, étant la santé de TOUS, d’un commun accord avec le Président du Concours, Manu Delhove, le Président du Jury Permanent, Jean-Jacques Claustriaux, et le Secrétaire du Concours, Daniel Masse, la décision de ne pas organiser la partie publique de cet événement cette année s’est donc imposée.

Le week-end qui suit le concours, traditionnellement destiné au public, n’aura évidemment pas lieu pour les mêmes raisons.

TOUTEFOIS, le jardin étant ouvert et accessible à tous, il vous sera loisible d’aller rendre visite aux roses que vous appréciez tant, tout en respectant les règles de distanciation, bien entendu.

Bon été à toutes et à tous.  Nous vous donnons déjà rendez-vous en 2021 !

Manu Delhove, Président du Concours.

Un Royal Concours International de Roses Nouvelles du Roeulx 2019 réussi !

Pour qualifier le 56e concours du Roeulx a posteriori, il suffit d’écrire deux mots : excellence et convivialité.

L’excellence qualifie le concours proprement dit. Comme de coutume, il eut lieu le premier vendredi de septembre. Plus de 80 experts de la rose, issus de 11 pays, ont évalué les 141 créations 2019. Celles-ci étaient la conclusion d’un important travail de sélection réalisé par 34 obtenteurs, dont un grand nombre était présent au Roeulx. Finalement, malgré des conditions estivales difficiles, 22 prix furent décernés.

La plupart des participants ont souligné les qualités techniques, de gestion et d’évaluation relatives au concours du Roeulx d’autant plus que, parmi les 30 concours internationaux, il est l’un des deux seuls concours à juger les roses de demain en seconde floraison.

Quant à la convivialité qui a bercé le concours, elle fut déclinée de différentes manières.

Photo Jean Leclercq

Ainsi, grâce aux membres dévoués du Comité d’Animation des Roses Nouvelles, les membres du Jury International furent accueillis chaleureusement la veille du concours. Il en fut de même pour le public, venu de tous les coins du pays et de France, tout au long des deux agréables journées du samedi 7 et du dimanche 8 septembre pour profiter d’un moment de détente parmi les roses.

Photo Bernard Lafaut

Les visiteurs furent invités à regarder chaque nouvelle variété du prochain concours et à chercher les fragrances des fleurs afin de désigner la plus jolie et la plus parfumée. Un concours photographique a aussi rencontré un vif succès.

Photo Jean Leclercq

Ce qui a également contribué à créer cette ambiance conviviale, ce fut la découverte parfois surprenante des sculptures contemporaines réparties entre les roses grâce à la collaboration des élèves de l’Ecole des Métiers d’Art du Hainaut, ainsi que la palette des couleurs des vitraux exposés par d’autres élèves de cette Ecole dans la grande salle de l’Ancien Hôpital Saint-Jacques.

Photo Jean Leclercq

Photo Jean Leclercq

De plus, n’oublions pas le charme délicat apporté au lieu par les différents concerts proposés par le Centre culturel, créant ainsi une harmonie discrète avec les roses. Citons et remercions le duo Correo Saliente, le duo Mainil-Napodano et le quintet à vent de l’Ecole de Musique de Feignies (France).

Photo Jean Leclercq

Les enfants n’étaient pas oubliés grâce à un atelier créatif spécialement dédicacé à leur intention.

Photo Bernard Lafaut

Et pour celles et ceux qui voulaient davantage découvrir le monde mystérieux de la création d’une nouvelle rose et la vie d’un Jardin concours, ils pouvaient encore assister à l’un ou l’autre exposé sur ces sujets, le dos au soleil, tout en contemplant les roses.

Photo Bernard Lafaut

Finalement, après un temps de quiétude assis sur un banc, le cerveau rempli de couleurs et de senteurs, ou après avoir éventuellement dégusté une eau ou une bière, les 3.000 visiteurs, dont de nombreux membres du « Lion’s Club Le Roeulx Ville Princière », s’en sont allés, parfois un rosier sous le bras, en promettant de revenir saluer les nouvelles roses au Roeulx l’an prochain.

Photo Jean Leclercq

Le concours 2019 vous dit « au revoir » et il vous souhaite « la bienvenue » au concours 2020, les 4, 5 et 6 septembre prochains.

Focus sur la 55ème édition de notre Royal Concours International de Roses Nouvelles du Roeulx

Est-il nécessaire de décrire les conditions atmosphériques qui ont régi la croissance des rosiers cette année ? En résumé, disons : chaleur, chaleur et encore chaleur, sec, sec et encore sec !!!!

La première floraison était plus précoce de trois semaines. Malgré cela, la taille d’été fut effectuée début juillet, comme de coutume, pour favoriser en principe une belle floraison pour le concours de septembre. Rien ne se passa comme prévu. Les « repercements » furent très faibles et le rosier, sans notre avis, décida rapidement de refleurir pour tenter de sauver son avenir.

Dès lors, ce fut un concours « tristounet » qui fut offert aux jugements des nombreux membres du Jury International sous la présidence de Madame la Comtesse Henrianne de Briey, Présidente de la WFRS. Signalons que plusieurs autres autorités de la WFRS rehaussaient aussi le Concours par leur présence.

Parmi les 120 « cultivars » de roses nouvelles proposés par 32 obtenteurs dont plusieurs étaient présents au Roeulx, il y avait de nombreuses perles rares dont le critère essentiel fut leur résistance aux difficiles conditions climatiques, une sélection comme une autre ! Ce sujet fut d’ailleurs évoqué lors de la réunion du Breeding’s Club de la WFRS, organisé au Roeulx la veille du Concours.

Finalement, 27 prix furent décernés dont trois prix du parfum. A ce sujet, nous ne résistons pas à vous communiquer le langage savant des parfumeurs au sujet de la variété primée Odelia, exceptionnellement très parfumée : « puissante odeur de rose ; le nérol (isomère du géraniol) à odeur d’huître avec une note de tête « agrumée » de citron déjà dans l’huître et une de fond musquée très légèrement fruitée » (ndlr : un parfum de sucre d’orge et il y en avait donc à la fois pour les adultes et les enfants).

Par ailleurs, ce Concours anniversaire a eu lieu l’année des commémorations au Roeulx de la fin de la Première Guerre Mondiale. Ce fut l’occasion de s’associer à ces événements en baptisant le jour du Concours International la rose « George Lawrence Price », en hommage au dernier soldat du Commonwealth tué lors de cette guerre. La rose est une création de l’obtenteur Jaak VanGampelaere, la Marraine étant la Princesse Hadrien de
Croÿ-Roeulx et le Parrain le Colonel Alexander Schwab (Canada).

Enfin, ce fut sous un ciel lumineux que les deux journées de l’ouverture au public rencontrèrent un très grand succès. Dès l’ouverture des Jardins de Saint-Jacques le samedi matin à 10h00, plus de cent visiteurs contemplaient déjà la Rose au Roeulx, admirant aussi les délicates sculptures contemporaines créées par les artistes de l’École des Métiers d’Art du Hainaut et poursuivant leur visite par la splendide exposition de céramiques présentées dans l’ancien Hôpital Saint-Jacques.

Photos de l’édition 2018 du Concours sur www.rosesleroeulx.be/photos/

 

« Articles plus anciens Articles plus récents »